La Petite Jauce et Amirando

Association pour la défense de la vallée de la Petite Jauce, ASBL

Accueil
Retour

Consultation pré-électorale - Elections communales 2012

horizontal rule

La Petite Jauce vous communique les réponses données aux questions ci-dessous par les différentes listes des élections communales de 2012.
L'ordre d'apparition des réponses est purement alphabétique par nom de liste...

horizontal rule

A : Déchets :

1 - Envisagez-vous de créer un centre de compostage, éventuellement en collaboration avec les Communes voisines ?
     Si oui, comment ?
     Si non, pourquoi ?

Ecolo:
L'IBW organise déjà un compostage des déchets verts déposés dans les parcs à conteneurs. Une collecte sélective des déchets organiques permettrait d'organiser également le compostage de ceux-ci, sachant toutefois qu'il faut d'abord inciter les habitants à faire leur propre compost à domicile (voir question suivante). L'IBW est l'opérateur le plus indiqué pour l'organiser. En outre, la commune devrait organiser le compostage à partir de ses tontes d'herbes et un broyage des tailles de haies sur le site du dépôt communal jouxtant le parc à conteneur, productions utiles pour ses plantations, voire les habitants intéressés.

Ensemble:
Non, nous n'en voyons pas la nécessité dans notre commune rurale, ces centres étant pensés pour les zones urbaines, où ils ont une raison d'être. Nous sommes favorables au compostage individuel étant donné les possibilités qu'offre la ruralité de notre commune (pas de centre urbain important, peu d'appartement). Nous encouragerons un dialogue constructif avec les agriculteurs, afin de répondre au mieux à leur besoins en la matière.

MR-UC:
Oui si ça s’avère  utile après études et indications par des spécialistes de l’IBW.

Union Politique:
Nous sommes convaincus de l'utilité environnementale des centres de compostage. Cependant, créer seul unilatéralement une telle infrastructure ne serait pas économiquement viable pour une commune telle qu'Orp-Jauche. Le volume de déchets verts pouvant être traités et ainsi valorisés ne peut être suffisant. Dès lors, nous serons honnêtes en précisant que la création d'un centre de compostage pour Orp-Jauche ne fait pas partie de nos priorités. Il est par ailleurs opportun de préciser qu’à cette heure, l’IBW gère parfaitement la gestion des déchets verts, avec l’extension de ses deux plates-formes de compostage (Basse-Wavre et Virginal).

 

2 - Comment envisagez-vous de stimuler le compostage à domicile ?

Ecolo:
Via l'organisation de conférences, puis de formations par des guides composteurs, soit d'initiative communale, soit, de préférence, en soutien à la Petite Jauce. Soutien qui peut se concrétiser par la prise en charge des coûts de l'information, et une participation financière dans l'organisation des formations et les frais des intervenants. Une campagne spécifique pourrait être programmée.

Ensemble:
Sensibilisation de la population par des séances d'information régulières, et une aide éventuelle à domicile (conseillers en compostage); formation des enfants via un tonneau de compostage dans les écoles. Nous pensons qu'il faut avant tout modifier les comportements individuels en la matière, et cela ne se fera que par la sensibilisation (éducation), la facilitation (offrir de l'aide), la responsabilisation (incitant financier éventuel) des citoyens et l'exemplarité de la commune.

MR-UC:
Les questions A2 et A3  semblent n’en faire qu’une seule.
Informations officielles et détaillées (chiffres des coûts)  pour une sensibilisation de la population faite par la commune en utilisant les médias et des contacts plus ponctuels tels que des conférences.
L’action doit être répétitive puisqu’il s’agit d’un changement dans les mentalités.

Union Politique:
Le compostage à domicile est de loin, la solution environnementale la plus adaptée à Orp-Jauche.
Nous souhaitons définitivement démystifier le processus du compostage domestique et encourager les citoyens à adopter cette bonne habitude. Notamment, en organisant des séances d’information avec l’aide de maîtres composteurs, en mettant en place une vulgarisation simplifiée encourageant les différents procédés de compostage, en proposant une prime symbolique lors de l’achat d’un composteur individuel. Nous proposons également de développer les liens entre citoyens et agriculteurs. Des ponts peuvent être créés. La sensibilisation des agriculteurs à recevoir les déchets organiques des citoyens et les citoyens à en donner permet de développer le compostage en milieu agricole (en demande). De plus, ces liens rapprochent les citoyens des producteurs et sensibilise donc en même temps au développement de production et de distribution en circuits courts (aux impacts positifs environnementaux qui ne sont plus à démontrer, y compris en matière de gestion des déchets.

 

3 - Quelles sont les statistiques de la production de déchets (parc à conteneurs, ordures ménagères, etc. et aussi les dépôts sauvages) dans la Commune durant cette législature ?
     Envisagez-vous d'utiliser ces données pour sensibiliser le grand public ?

Ecolo:
Réaliser ces statistiques serait indiqué pour notamment organiser la sensibilisation des habitants. L'enlèvement des déchets est sous-traité via l'IBW. Un budget de l'ordre de 330.000 à 395.000 euros est consacré annuellement par la commune à la collecte et au traitement des déchets ménagers, en ce compris les coûts mutualisés des parcs à conteneur de l'IBW, mais sans compter le temps de travail des ouvriers qui ramassent les déchets sauvages et la mise en décharge de ceux-ci. Réduire la production de déchets et renforcer leur recyclage doit rester un objectif pour la commune et les ménages.

Ensemble:
Votre question nous interpelle: si nous avions accès à ces statistiques nous les utiliserions certainement à des fins de sensibilisation et d'éducation, ainsi qu'à alimenter une réflexion approfondie sur la légitimité d'un centre de compostage.

MR-UC:
Voir ci-dessus.

Union Politique:
Les statistiques sont transmises à la Commune et sont accessibles sur demande. Notre programme inclut une gestion de cette problématique en lien avec la population : prévention, collectes, sanctions,…

 

4 - Au vu de ce bilan, comment augmenter l’efficacité des agents constatateurs et sanctionnateurs ?

Ecolo:
Agissons d'abord pour la sensibilisation et la prévention, puis par voie d'informations ciblées, et enfin en termes de sanctions pour les récalcitrants. La sanction n'est possible que lorsque les auteurs de dépôt illégaux peuvent être identifiés, ce qui est souvent malaisé en cas de dépôts sauvages. Plusieurs contrevenants ont toutefois pu être identifiés et sanctionnés. En cas de déchets déposés le long des berges des cours d'eau dans les fonds de jardin, par exemple, la sanction est possible plus systématiquement.

Ensemble:
En l'absence d'un accès aux données, nous prônons cependant une amélioration du services des constatateurs et sanctionnateurs: meilleure visibilité, publication régulière des sanctions appliquées, partenariat avec les comités de quartier ou assimilés.

MR-UC:
Réduire les marges de tolérance appliquées par les agents constatateurs.

Union Politique:
Si la propreté publique ne fait pas partie des grands enjeux planétaires, elle est par contre un enjeu quotidien proches des citoyens d’Orp-Jauche, cela U.P. l’a bien compris. Durant la législature passée, à travers l’« Olivier », pour répondre à ce besoin de propreté publique, notre réaction a consisté  à plus nettoyer, à plus sensibiliser et à plus sanctionner. Tous ces superlatifs n’ont fait que maintenir une certaine salubrité acceptable dirons-nous. Mais les incivilités et les volumes de déchets sont encore bien présents. Pour U.P., la lutte contre l’incivisme doit désormais utiliser des méthodes plus efficaces.

Que ce soit à travers les actes du service technique communal, de l’agent constatateur ou des différentes campagnes de propreté ; l’expérience du terrain a permis de dresser un état des lieux des différentes incivilités. En distinguant bien les types de comportements à l’origine de celles-ci : dépôt sauvage, consommation nomade, moyen d’expression d’adolescents,… ; les stratégies devront être adaptées : trouver d’autres lieux d’expression pour les jeunes, donner aux lieux de dépôts habituels un caractère socialement plein, supprimer l’accès aux lieux de « dépôt sauvage »,…mais également mettre en place une politique de surveillance et de sanction accrue. Lorsqu’un méfait est constaté, nous aurons recours aux sanctions administratives. Nous mettrons tout en œuvre pour que chacun puisse vivre dans un cadre de vie agréable et respecté de tous.

 

B : Mobilité douce :

1 - Quels sont vos projets d’aménagement de pistes cyclables et de sentiers ?

Ecolo:
L'objectif reste de relier par des voies lentes les villages entre eux et ceux-ci au RAVeL. Nombre de liaisons ont été réalisées, surtout dans le périmètre de remembrement agricole. Nous avons aussi obtenu, dans le cadre du PCDR (plan communal de développement rural) des subventions pour relier Jandrenouille à Jauche et par là au RAVeL, ainsi que Folx-les-Caves au même RAVeL. Il faut poursuivre, et notamment tracer les pistes ou voies cyclables depuis le réseau de voies lentes jusqu'aux centres des villages. Les premières signalisations « voies lentes » ont été posées sur les chemins de remembrement. Le RAVel doit aussi bénéficier d'une signalisation adéquate, permettant aux utilisateurs de situer le village qu'ils traversent, et de découvrir les sites touristiques ou commerciaux locaux. La commune s'inscrit dans le projet de « points nœuds » qui se met en place en Région wallonne, à l'image de ce qui existe notamment en Flandre. Les sentiers doivent bénéficier d'un réel entretien. Les réfections de voiries doivent prévoir l'aménagement de trottoirs et de pistes cyclables.

Ensemble:
Relancer le projet de voies lentes entre chaque village et le Ravel, prévu pour Jandrain-Jandrenouille et Folx-les-Caves, à étendre à Marilles, Noduwez et Enines. Création de cheminement sécurisé et balisé vers les écoles, les clubs sportifs, les locaux des mouvements de jeunesse.

MR-UC:
Le projet de relier toutes les communes au Ravel par des voies lentes, prévu dans le PCDR qui n’a pas été finalisé par cette législature,  peut donc être réalisé.
Par ailleurs, le Schéma de Structure Communal, également non finalisé, englobe cette problématique.

Union Politique:
Nous avons déjà favorisé la mobilité lente en interdisant les voies de remembrement aux véhicules motorisés. Nous avons aussi finalisé le développement du RAVEL.
Certains sentiers vont être (re)créés dans le cadre du remembrement des terres agricoles. Par ailleurs, la gestion de tous les sentiers va être intensifiée en lien avec le privé (marché). Une protection de la biodiversité y sera attachée.
Le PCDR va permettre de créer des voies lentes dans le sud de la Commune et de relier le RAVEL aux autres villages.
Notre service technique est actuellement en formation pour installer de nouveaux trottoirs.

 

2 - Comment envisagez-vous l’entretien, le respect et la remise en état des sentiers communaux ?
     En particulier, les sentiers qui disparaissent et ceux le long des cours d’eau.

Ecolo:
Le remembrement agricole a modifié le réseau de sentiers et chemins, dont certains ont disparu ou vont disparaître, d'autres étant par contre créés, malheureusement en moindre mesure. La nécessité pour la commune de retrouver des superficies pour installer des mesures anti-inondations a aussi contribué à la disparition de certains sentiers. Nous avons toutefois pu sauvegarder quelques chemins en pavés que la logique agricole envisageait d'encore bétonner. Les chavées doivent être maintenues. L'entretien des sentiers, chavées et chemins a toutefois été relégué au second plan face aux priorités liées aux inondations ou réfections de voiries. L'organisation du service communal des travaux devra être améliorée, pour intégrer cet entretien dans son agenda, et responsabiliser des cantonniers par villages.

Ensemble:
Baliser et cartographier les parcours de promenades (entretien naturel par l';usage), intervention de la commune (fauchage bisannuel) lorsque cela s'avère nécessaire, remise en ordre ponctuelle via des actions telles que '"été solidaire". Soutien au travail de nettoyage des sentiers le long des cours d';eau, comme entamé le long de la petite Gette.

MR-UC:
Les sentiers existants encore, doit être considérés comme un patrimoine et, à ce titre, régulièrement entretenus pour permettre un passage en toute saison.
Quant à la « remise en état » de sentiers existants, c’est un tâche immense (vu la diversité des « statuts » des sentiers) profitable à peu d’administrés puisque les sentiers sont disparus par manque d’utilisation.

Union Politique:
Un recours aux marchés publics va être intensifié. Avec 18 ouvriers et 240 km de voiries, la masse de travail est actuellement trop important.
Une attention particulière sera portée à la suppression de sentiers via les sanctions administratives (Gardien de la paix) et notre futur éco-conseiller.

 

C : Energie :

1 - Quels sont vos incitants pour favoriser les économies d’énergie ?

Ecolo:
A mon initiative, et avec des subventions de la Région, une conseillère en énergie a été engagée depuis 2009 pour informer et conseiller les habitants, et les aider dans leurs demandes de primes. Une prime communale énergie a été mise en place en 2008, pour inciter et aider les habitants les moins fortunés à isoler leurs habitations, et réaliser des installations de production d'énergie renouvelable. Des séances de sensibilisation ont été organisées au sein de l'administration communale et des écoles. D'importants travaux d'isolation ont été réalisés dans les bâtiments communaux et les écoles. La formation des agents du CPAS doit se poursuivre pour aider les habitants en difficulté à économiser l'énergie.

Ensemble:
Poursuivre le travail d'information et de conseil aux habitants (conseiller en énergie); sensibiliser les commerçants à l'extinction des enseignes lumineuses énergivores après 23H; maintenir la prime communale d'énergie; poursuivre l'isolation des bâtiments publics; promouvoir une plateforme de co-voiturage et encourager les déplacement en transport public (relancer le projet régional d'un rapido bus entre Hannut et Jodoigne et liaison avec les différents villages); sensibilisation des enfants aux économies d'énergie (journée gros pulls, 13 gestes écolo à adopter illico,...)

MR-UC:
Les mesures existantes nous semblent valables, informations générales, primes,  conseiller en énergie. Elles pourraient être  renforcées mais avec l’aide régionale et/ou fédérale.

Union Politique:
L’enjeu planétaire que constituent le développement durable et la préservation de l’environnement passe aussi par le niveau communal. La lutte contre les gaspillages et la recherche d’économies d’énergie sont à la fois des priorités et des nécessités.
U.P., pour inciter le citoyen, montrera l’exemple à suivre en matière de gestion communale énergétique. Après, entre autres, l’audit énergétique de l’ensemble des bâtiments communaux et l’adaptation de l’isolation, il reste de nombreux projets à mettre en œuvre (panneaux photovoltaïques,…) pour réduire les conséquences énergétiques et environnementales.
Nous poursuivrons la politique de primes en tenant compte des contraintes budgétaires.
D’autres  aides parfois importantes sont disponibles pour les investissements économiseurs d’énergie. Celles-ci ne sont pas toujours connues de l’ensemble de la population. Une véritable campagne d’information est programmée avec une journée de sensibilisation, plusieurs conférences, lieux de discussion, où les citoyens intéressés pourront trouver réponse à  leurs interrogations.
Pourtant, sensibiliser n’est pas toujours suffisant pour engendrer le passage à l’acte. Il peut être nécessaire d’aller plus loin et de motiver les gens pour encourager les changements effectifs de comportement..
U.P. propose l’organisation d’achats groupés d’équipements économiseurs d’énergies pour les citoyens et les P.M.E.
Dans un même temps, nous mettrons en avant les réalisations exemplaires : par exemple en rédigeant un article sur le bâtiment dans le bulletin communal, éventuellement octroyer un prix… en vue de créer une émulation dans la commune.

 

2 - Quelle est votre position par rapport à l’éolien ?

Ecolo:
Face aux dérèglements climatiques, au caractère limité des ressources pétrolières, dont le « pic » est aujourd'hui atteint, et des énergies fossiles, aux pollutions qu'elles engendrent, et à l'absence de solution pour les déchets nucléaires qui continueront à représenter un réel danger pour les générations futures pendant des centaines de milliers d'années (!), il est INDISPENSABLE de diminuer les consommations d'énergie et de développer les énergies renouvelables. L'éolien en fait partie. Les parcs éoliens « off shore » doivent être développés avec volontarisme. Sur terre aussi, l'éolien doit être accepté, avec discernement, tout en respectant des distances raisonnables par rapport aux zones habitées. La Région prépare un inventaire de zones adaptées à l'installation de parc éoliens. Les futurs projets devront s'y référer. Encourageons aussi les initiatives citoyennes de prise de participation dans des parcs éoliens ou d'achat d'éoliennes. Mais le bénéfice ne doit pas être réservé à ceux qui ont les moyens d'investir. Tous les habitants des communes concernées devraient bénéficier d'un « retour » sur leur facture d'électricité. Et c'est possible !

Ensemble:
Nous sommes pour les énergies renouvelables telles que l'éolien, mais pas pour n'importe quel PROJET éolien: importance du lieu d'implantation, d'études d'impact objectives et élargies, d'une participation citoyenne (éolienne citoyenne (Villers-le-Bouillet) dont les bénéfices profitent à l'ensemble des citoyens.

MR-UC:
C’est une des sources d’énergie employée conjointement à d’autres qui nécessite une étude technique très attentive avant décision.

Union Politique:
La position d’U.P. est l’éolien, oui, mais pas n’importe où ni n’importe comment.
Tout d’abord, une éolienne ne doit pas être une machine à fric, mais bien un moulin qui produit du courant propre, directement accessible sur place et pouvant générer de la plus-value locale. Selon nous, seul les «partenariat public-privé-citoyen» peuvent répondre à un véritable développement local durable et solidaire. Nous envisageons de mettre en place une taxe communale sur les mats d’éoliennes destinées à la production industrielle d’électricité. Il ne peut être question que les Orp-Jauchois subissent les nuisances de projets éoliens dont les intérêts sont bien plus économiques qu’écologiques et sans compensations pour la Commune et ses habitants !
D’autre part, des nuisances pour la faune ornithologique et chiroptérologique sont souvent évoquées, et même si elles n’ont jamais pu être vérifiées par des études sérieuses, nous adoptons le principe de précaution dans et à proximité des sites naturels.
Pour finir, nous reconnaissons l’utilité publique de l’éolien mais son implantation modifie le paysage initial, à l’instar de toute infrastructure industrielle. La taille importante des éoliennes notamment rend illusoire toute tentative de dissimulation dans les paysages. C’est pourquoi il sera nécessaire d’implanter les éoliennes aux endroits où la gêne sera minimale pour tous les citoyens.

 

3 - Quelle est votre position par rapport à la bio-méthanisation ?

Ecolo:
A mon initiative, la commune a fait réaliser une pré-étude de faisabilité pour l'installation d'une unité de bio-méthanisation à Orp-Jauche. Une étude plus approfondie, et l'accompagnement de la commune dans l'élaboration et la concrétisation du projet est commandée. Plusieurs réunions d'information ont été tenues ces dernières années avec les agriculteurs, ainsi qu'une visite d'une unité à Fleurus, avec une quinzaine d'entre eux. La première motivation est la production, ici aussi, d'énergie renouvelable. Il s'agit également d'ouvrir une perspective de diversification aux agriculteurs. L'intérêt sera réel s'il est montré qu'une telle unité peut tourner sans se limiter aux effluents d'élevage, et sans détourner l'agriculture de son rôle premier : l'alimentation. Nombre de produits végétaux secondaires peuvent produire de l'énergie et retourner à la terre sous forme d'engrais performant.

Ensemble:
Nous sommes pour des solutions favorisant le recyclage des déchets, mais sommes perplexes quant à la pertinence de l'implantation d'une usine de bio-méthanisation sur le territoire d'une petite commune (budget). D'autre part une usine de bio-méthanisation est implantée à Geer, y a-t'il place pour une seconde unité, sachant que le volume de déchets verts nécessaires à son fonctionnement est énorme, et nécessite l'alimentation permanente de la centrale pour permettre la réaction chimique.

MR-UC:
Il est évident que ce type de production d’énergie peut être valable mais dans la situation actuelle, à Orp-Jauche, le coût des études préalables et le coût final semblent exorbitants.

Union Politique:
Nous restons totalement ouverts à cette forme de production d’énergie renouvelable. Sa faisabilité sur Orp-Jauche est au stade de pré-étude (sélection du site, possibilités d’extension, capacités d’entreprendre l’activité, mesures de protection de la population locale contre les éventuelles nuisances sonores et la pollution de l’air, compatibilité entre l’infrastructure routière existante et le transport de la biomasse et des déchets de fermentation, possibilités de valorisation du biogaz obtenu, évaluation de l’offre en biomasse et le choix de la matière première, possibilités de valorisation des déchets de fermentation, disponibilité de zones d’épandage des déchets de fermentation, possibilités de coopération).  
La biométhanisation ne doit pas être un mauvais investissement financier ou un leurre écologique et encore moins que le citoyen doivent subir des nuisances.

 

D : Aménagement du territoire : 

1 - Comptez-vous créer et entretenir un maillage écologique sur le territoire communal ?

Ecolo:
Le maillage écologique est une des priorités d'Ecolo Orp-Jauche depuis toujours. Pour le mener à bien, il nous faut un rapport de force suffisant et donc plus de poids dans la future majorité. Notre projet de plantations importantes d'arbres et haies est contrecarré par trop d'abattages d'espaces boisés ou d'alignement arborés. La lutte contre les inondations remet à l'ordre du jour la nécessité de planter et préserver des haies. Les recommandations des études d'incidences relatives au remembrement agricole plaident pour la reconstitution d'un maillage écologique. Elles devront être mises en œuvre dès le relotissement réalisé. La biodiversité en dépend. Nous avons aussi fait voter le plan maya par le conseil communal début juillet.

Ensemble:
Oui. Le maillage écologique est indispensable dans un milieu rural. Il peut s';inscrire facilement dans une politique de lutte contre les inondations. Recenser les haies existantes en vue de les maintenir et établir un programme de plantation de haie (essences locales et/ou mellifères) notamment en bordure de surface agricole. La constitution d'un réseau de liaison entre les espaces verts et aquatiques doit être encouragé et ne peut que favoriser la bio-diversité et participer de la lutte contre les coulées de boue. Toute action devra être pensée en concertation préalable avec les acteurs concernés (e-a agricoles) afin de s'assurer leur adéquation et d'envisager un partenariat responsable pour leur entretien.

MR-UC:
Le maillage écologique doit exister pour le maintien du caractère d’une commune comme Orp-Jauche.
Cette préoccupation doit être une toile de fond aux décisions concernant l’environnement.

Union Politique:
Définitivement oui, afin de préserver la population pour qu’elle ne doive plus subir les méfaits d’inondations. Restaurer un maillage écologique adapté à l’agriculture constitue un défi majeur que nous devons relever. Respecter et en faire bénéficier l’agriculteur est primordial pour la réussite du projet. Nous analysons une mise en œuvre durable de plantations de haies composées d’essences indigènes. Nous savons que ces haies devront être plantées judicieusement et entretenues à une hauteur qui ne devra aucunement gêner le charroi agricole (sous peine de destruction).  Nous nous encadrerons de personnes compétentes en la matière pour faire en sorte que ces plantations soient étroitement interconnectées avec mares, talus enherbés, alignement d’arbres ou tout autre élément du paysage écologique.
Une attention toute particulière sera donnée aux bords enherbés des voiries pour lesquels U.P. fait le pari dans restaurer la biodiversité en collaboration avec le monde agricole.
Il s’agira d’allier rendement et restauration de l’environnement sans augmenter les budgets. Focaliser une gestion extensive sur les bernes, diminuer les superficies enherbées à entretenir en définissant et en permettant l’émergence de zones arbustives moins onéreuses d’entretien, rationaliser le nombre de fauches, mettre en place une gestion dite différenciée selon la proximité ou l’éloignement de la voirie, s’avère être la solution économiquement et écologiquement la plus adéquate tout en persévérant l’entretien intensif indissociable de la sécurité routière à proximité directe de la voirie.
Encourager l’implication citoyenne dans la réhabilitation d’un maillage écologique local est également à l’ordre de nos priorités.
Pour finir, doter Orp-Jauche d’un PCDN facilitera sans conteste la création, la restauration et la conservation d’un maillage écologique.

 

2 - Quelles solutions envisagez-vous pour lutter contre l’érosion des sols ?

Ecolo:
Pour lutter contre l'érosion des sols, provoquée par le vent ou les ruissellements, il faut à la fois diversifier les types de cultures, planter et entretenir des haies, des arbres, maintenir les chavées, ... Rien de tout cela ne pourra se réaliser sans convaincre les exploitants agricoles de leur propre intérêt à y contribuer. L'érosion cause des pertes aux agriculteurs, dont le constat n'interviendra qu'à moyen terme, alors qu'ils sont poussés à une rentabilité à court terme, et se bornent à faire valoir que les racines et ombrages des arbres et haies, outre qu'elles les contraignent dans les manœuvres de leurs machines, diminuent la pousse en bordure de leurs cultures, sans voir qu'elles les protègent des vents et des ruissellements. Et si on travaillait à construire un pacte « win win » entre agriculteurs et habitants traumatisés par les inondations ou simplement soucieux de l'environnement ?

Ensemble:
Restauration du maillage écologique, responsabilisation des acteurs agricoles (éviter monoculture), lutter contre l';imperméabilisation des sols (couverture drainante dans les lieux publics, et sensibilisation des acteurs privés), restauration des berges des cours d'eau,...

MR-UC:
Il faut savoir que la Région Wallonne, suivant des directives européennes, impose à ce sujet des mesures draconiennes.
Il faut donc y ajouter l’étude de chaque cas d’après la localisation du problème, à traiter avec les agriculteurs.

Union Politique:
L'érosion des sols coûte cher sur le plan économique : la perte de sol fertile et son remplacement doivent être des arguments à mettre en avant pour convaincre le monde agricole de s’investir avec les autorités communales dans la réhabilitation d’un maillage écologique. Il n’est plus à démontrer que les haies sont des moyens efficaces et durables de lutte contre l’érosion des sols. D’où l’intérêt majeur d’U.P. pour un vaste programme de plantation de haies en dialogue avec les agriculteurs.
Le pâturage permanent est une pratique agricole minoritaire sur Orp-Jauche. Nous encouragerons le recours à cette pratique indéniablement reconnue pour protéger les sols des ruissellements. Aussi nous ferons en sorte que les pâturages permanents ne puissent plus être affectés à d’autres usages et, nous encouragerons à ce que de nouvelles surfaces soient réimplantées.
Nous procéderons à  l’engagement d’un(e) éco-conseiller(ère) qui pourra être d’une aide précieuse pour maintenir une bonne communication entre autorités communales et le monde agricole. Nous resterons attentif et verbaliserons les tentatives d’assèchement des fonds de vallées. Nous veillerons au bon entretien de l’égouttage, du réseau de fossés, des cours d’eau, et des infrastructures de ralentissement des ruissellements et de rétention d'eaux et de boues. Nous poursuivrons scrupuleusement et dans les meilleurs délais les recommandations de la cellule SPW pour la Gestion Intégrée du Sol, de l’Erosion et du Ruissellement (GISER), ainsi que celles émises dans les études d'incidences relatives au remembrement agricole. Nous ferons en sorte que les terres attribuées au domaine public dans le cadre du remembrement concourent à la rétention et au ralentissement des ruissellements et coulées de boues. Nous veillerons au bon aménagement de zones de rétention temporaire...
Sur le plan parcellaire nous attacherons une attention particulière par rapport aux mesures agronomiques au sein des parcelles ou chenaux enherbés, fascines, bandes enherbées, types de culture, entrées de champ, fossés,…en discussions avec les agriculteurs.

 

3 - Quel bilan tirez-vous des plantations réalisées ? Comment envisagez-vous la suite ?

Ecolo:
Si on fait la balance entre les plantations de centaines d'arbres et de milliers de plants de haies, d'une part, et le nombre d'arbres et d'espaces boisés abattus, d'autre part, le bilan est fort mitigé. La distribution de plants lors de la journée de l'arbre à la Sainte Catherine, effectuée chaque année depuis 6 ans, grâce au budget communal quand la Région n'intervient qu'une fois tous les 3 ou 4 ans, a aussi permis la plantation d'au moins 6.000 arbres à Orp-Jauche. La suite ? Poursuivre les plantations et les distributions, et mettre en œuvre les projets liés aux inondations et aux études d'incidences relatives au remembrement agricole ! L'adoption du plan maya, la mise en route d'un PCDN (plan communal de développement de la nature) en lien avec un « Agenda 21 » local, et la volonté de réellement promouvoir le maillage écologique y contribueront également.

Ensemble:
Trop peu de plantations ont été réalisées, la protection et l'entretien des jeunes plantations n'ont pas été efficaces. Nous envisageons la promotion de plantation de haies (sur terrains publics et privés) mieux adaptées à un environnement agricole. Relayer les initiatives provinciales et régionales en matière de plantation d'espèce indigènes et mellifères (semaine de l'arbre).

MR-UC:
Les plantations réalisées ne sont pas « visibles » par le grand public !
Inciter à la plantation d’espèces spécifiques à notre propre environnement.

Union Politique:
Le travail a débuté timidement mais doit être amplifié. Pour U.P., sauf ponctuellement pour jalonner le paysage, l’arbre n’a pas sa place à proximité directe des cultures. Nous pensons qu’il est primordial que des plantations durables (haies, fascines vivantes,…) soient réalisées sur l’ensemble du territoire communal. Cela dans le cadre d’une prévention efficace contre les coulées de boues et l’érosion des sols.
Dès lors, U.P. aura à cœur de poursuivre cette logique de plantation en privilégiant la haie et le dialogue avec les agriculteurs.

 

4 - Quelles sont vos priorités pour un futur plan de règlement urbanistique ?

Ecolo:
Le Schéma de structure communal en cours d'élaboration est un outil d'orientation du développement du territoire communal pour les trente ans à venir. Il guidera toutes les décisions en matière d'urbanisme (permis de bâtir, d'urbanisation, ...). Il ne s'agit pas d'un règlement communal d'urbanisme, trop contraignant. Il permet de conserver une relation constructive avec la Région dans un certain nombre de décisions, avec l'avantage d'un regard extérieur dispensé de connivences locales particulières. C'est le vrai moyen pour préserver le caractère rural de notre commune, que beaucoup réclament, mais que peu parviennent à définir. Là est notre priorité. Il vise notamment à maintenir l'habitat dans les villages en évitant de construire en ruban le long des voiries. Il touche à l'aménagement du territoire, bien sûr, aux gabarits à respecter en relation avec l'habitat existant, mais aussi à la mobilité, à l'énergie, aux inondations, etc. Il spécifie les densités à respecter, selon qu'on se trouve au centre ou en périphérie de village, en tenant compte de l'accès aux transports en commun, aux services et commerces. Les habitants seront consultés prochainement quant aux choix à poser dans ce schéma de structure communal.

Ensemble:
Il faut s'assurer que les mesures de rétention d'eau prévues par l'étude d'incidence du PRU d'Orp-le-Petit soient respectées (important bassin de rétention d'eau sous le site e-a). Au vu des inondations de juin 2011 elles devront être renforcées si nécessaire. Il sera essentiel de rester vigilant et intransigeant lors de l'octroi des permis de bâtir.

MR-UC:
Eviter les projets urbanistiques qui sont acceptés au cas par cas.
Définir les règles générales concernant par exemple les zones humides, la densité de l’habitat, la superficie des parcelles, l’harmonie générale.
Après information, consulter la population, première concernée.

Union Politique:
Un schéma de structure va être voté et va inclure différentes problématiques : inondation, mobilité, ruralité, caves, densité,…
Nous souhaitons préserver la ruralité via ce nouvel outil.
Sur le plan énergétique, une attention particulière sera donnée à ce que performance énergétique du bâti ne rime pas avec modernisme et extravagance urbanistique ; le caractère rural devra être conservé. Nous attachons également de l’importance à la densité et à la compacité de l’habitat ; accoler les bâtiments afin d’induire une réduction des besoins en énergie de chauffage, tout en garantissant le confort acoustique des logements. L’orientation des bâtiments et la répartition des baies selon l’orientation des façades est très importante pour réduire les besoins en énergie de chauffage en favorisant les apports gratuits.
Dans l’objectif de lutte contre les ruissellements des eaux et les inondations, les citernes d’eau de pluie avec système “duo” doivent être imposées aux nouvelles constructions lorsque l’infiltration dans le sol du trop-plein de la citerne n’est pas possible. Egalement, nous soutiendrons que les revêtements de sol perméables deviennent obligatoires (ex : parking infiltrant). Pour finir, sur base cartographique réalisée, les risques d’inondation devront être pris en compte lors de l’octroi d’un permis d’urbanisme.

 

5 - Envisagez-vous un Plan Communal de la Nature (PCDN) ?

Ecolo:
Oui, nous souhaitons élaborer un PCDN, dans le cadre d'un « Agenda 21 » local à définir avec les habitants. Ces programmations pourraient s'inscrire dans la dynamique d'un nouveau plan communal de développement rural (PCDR), sachant que nous venons d'arriver au terme du premier PCDR. L'ensemble de l'opération débutera par un important travail de consultation des habitants village par village.

Ensemble:
Oui. Ce plan implique des investissements conséquents, mais est une priorité de notre liste. Nous envisageons de l’intégrer dans le futur PCDR, voire de nous engager dans une action du type agenda 21, comme l’a fait la commune d’Eghezée. Notre liste étant résolument citoyenne, ce projet nous séduit d’autant qu’il implique d’agir en concertation avec les différents acteurs de terrain (déjà présents à Orp Jauche : La Petite Jauce, Comité de la Réserve Naturelle, Plaine de Vie, etc). Nous pensons que ce plan est une réponse valable et efficace aux défis écologiques, et que le lieu privilégié de l’action écologique est la commune.

MR-UC:
Non dans la mesure où les points traités ci-dessus sont traités efficacement.

Union Politique:
Définitivement convaincus de l’utilité d’un PCDN pour conserver et restaurer la biodiversité locale en conciliant développement humain et conservation de la nature dans l’intérêt des générations actuelles et futures, nous soutiendrons la réalisation d’un tel projet sur notre commune.

 

6 - Comment envisagez-vous la pérennité du réseau d’égouttage d’IBW en termes d’entretiens, à moyen et long terme ?

Ecolo:
Précisons d'abord que l'IBW est responsable du collecteur et de la station d'épuration, pour le compte de la SPGE (société publique de gestion des eaux). La commune est, quant à elle, responsable du réseau d'égouttage qui amène les eaux usées dans le collecteur. Non seulement il s'agit de d'entretenir plus sérieusement le réseau d'égouttage, avaloirs compris, mais il est indispensable de dresser les plans du réseau existant, qui n'existent que dans la mémoire des anciens responsables du service des travaux ... Nous n'y parviendrons que moyennant une organisation améliorée du service travaux, comme indiqué en réponse à la question « B 2 ». C'est une nécessité !

Ensemble:
La Commune devra soutenir les travaux de raccordements du système d'égouttage à la station d'épuration, compléter et actualiser une cartographie de l'égouttage (afin e-a d'éviter les dégâts intempestifs lors de travaux de voirie), soutenir et encourager l'implémentation (déjà planifiée) d'une petite station d'épuration (-2000 habitants) pour Folx-les-Caves, et le raccordement de Enines et Marilles vers Hédenge et la future station de Noduwez (bassin versant différent).

MR-UC:
Entretien sérieux et régulier du système existant.
Remplacement des égouttages qui sont partiellement responsables d’inondations.

Union Politique:
Il faut poursuivre l’épuration des eaux usées en lien avec le PASH, la SPGE et l’IBW.  La prochaine extension est prévue vers Jauche.
Avec notre ingénieure et nos services, nous analysons l’ensemble du réseau afin de pouvoir absorber les eaux provenant des futures zones de rétention.
La gestion des avaloirs, canalisations,… sera réalisée en lien avec le privé (marchés publics,…).

 

7 - Comment envisagez-vous votre collaboration avec la commission consultative pour l'aménagement du territoire et la mobilité (CCATM) ?

Ecolo:
La CCATM a été créée à mon initiative. Elle travaille depuis fin 2007. Ses avis sont précieux : nuancés, tenant compte des recommandations en matière d'aménagement du territoire et d'urbanisme (adoptées début 2008 par le Collège sur ma proposition), des enjeux auxquels est confrontée notre commune soumise à une forte pression immobilière, et peu encline à se soucier des intérêts financiers des promoteurs. Elle suit aussi de près l'élaboration du schéma de structure communal, qui constituera son futur cadre de référence. Une collaboration à poursuivre et intensifier !

Ensemble:
En soutenant et encourageant l'action de la CCATM, qui est un outil citoyen essentiel. Elle permet de contrôler l'action des promoteurs immobiliers, et le cas échéant de défendre les intérêts des citoyens; son rôle de contrôle des cahiers des charges des projets immobiliers permet à la commune d'objectiver sa décision.

MR-UC:
Outil de travail, non contraignant, pour la gestion communale mais doit être utilisé en toute transparence et avec information à la population.

Union Politique:
La CCATM est un organe consultatif citoyen indispensable. Pour U.P., l’avis de ce conseil consultatif est impératif pour tous les projets de lotissements. C’est un outil important qui nous permettra de mettre en œuvre notre schéma de structure.

 

E : Commentaires : 

Ecolo:
Le projet d'Ecolo Orp-Jauche vise tous les domaines de compétence communale. Le site Internet www.orp-jauche.ecolo.be publie nos propositions, ainsi que la version complète de notre programme pour Orp-Jauche à l'occasion des prochaines élections communales. A consulter sans modération !
Merci à la Petite Jauce pour sa contribution au débat démocratique, et à l'information des habitants d'Orp-Jauche.

Ensemble:
Merci de nous donner la parole sur des sujets importants.

MR-UC:
La concrétisation des choix dépendra toujours :
- d’études approfondies des projets (intérêt général, rapport qualité –prix, …),
- des dispositions administratives en la matière
- des moyens financiers de la commune.

Union Politique:
De 2012 à 2018, la participation et la consultation de la population seront encore amplifiées. Par ailleurs l’U.P. a répondu à un questionnaire environnemental détaillé sur le site de NATAGORA qui peut y être consulté pour tout complément d’information.



Retour Page d'accueil